WZC De Linde

WZC De Linde, Waarschoot

Les repas sont synonymes de convivialité, surtout lorsqu’ils sont partagés en bonne compagnie. Il n’en va pas autrement pour les résidents de la maison de repos WZC De Linde: les repas y sont des moments-clés de la journée. Le chef Geert Silversmet veille à proposer tous les jours des mets savoureux et surprenants. Et depuis peu, ils sont préparés dans une cuisine équipée moderne et flambant neuve.

Lors des repas, les résidents sont épanouis

Dans la cuisine de la maison de repos WZC De Linde s’est le branle-bas de combat. Il faut dire que préparer à manger pour une 150-aine de résidents, de religieuses et de collaborateurs n’est pas une tâche aisée. Mais les neufs membres de l’équipe de cuisine s’y attèlent avec enthousiasme. Résultat : une cuisine de collectivité, mais avec la convivialité et les saveurs de la maison.

Ce sentiment de chez soi que tout le monde apprécie

Tous réunis autour de la table dans l’espace de vie commune. C’est ainsi que les résidents de De Linde prennent leurs repas. Car manger, c’est avant tout être ensemble. C’est profiter de repas savoureux en compagnie d’autres personnes. "Avant, nous préparions les assiettes à la cuisine, à présent, cela se fait dans le service-même", raconte le chef Geert Silversmet. "De cette façon, le repas redevient une expérience et nous créons un sentiment de chez soi que tout le monde apprécie. Les résidents sont vraiment épanouis dans ces moments."

Plus d’espace pour les défis quotidiens

Le propre des maisons de repos, c’est que de nombreux résidents doivent suivre des régimes spécifiques, qu’ils ont des problèmes de déglutition ou des difficultés à mâcher. La nouvelle cuisine offre de l’espace pour relever ces défis. La cuisine froide, par exemple, est équipée d’un double réfrigérateur et d’un congélateur. Dans la cuisine chaude, sont intégrés une cellule de refroidissement rapide, des marmites, des fours à vapeur combinés, des friteuses, des fours à induction et une poêle multifonctionnelle. Le tout complété par une grande cellule froide.

Geert Silversmet: "Nous avons réussi ensemble à utiliser de manière optimale l’espace restreint. Bossuyt nous a notamment conseillé un plan de travail avec pont chauffant, afin que la viande ne refroidisse pas pendant la découpe. C’était un excellent conseil, grâce auquel nos résidents profitent encore plus du moment du repas."