L’assurance d’une main ferme

05.09.19

La précision. C’est tout ce qui compte. Et même si aujourd’hui, l’assistance par ordinateur et les appareils de pliage robotisés sont devenus incontournables dans une production innovante : quelqu’un doit dire au robot ce qu’il doit faire. Et en cela, l’erreur n’est pas permise. “Je ne me satisfais pas de ce qui est presque bon. Tout doit être exactement comme il faut”, explique le tôlier Bjorn Destatsbader (47).

Plus ou moins, cela n’existe pas. Il n’y a que deux possibilités: bon ou mauvais

Bjorn Destatsbader travaille déjà depuis 17 ans chez Bossuyt Grootkeukens. Mieux : il était même l’un des premiers travailleurs de notre propre atelier. “Chemin faisant, nous fabriquions de plus en plus nous-mêmes. En effet, pourquoi dépendre de la qualité d’un autre lorsque vous pensez pouvoir faire au moins aussi bien ?” Aujourd’hui, il est l’un des 12 professionnels qui, à la main, donnent forme à chaque projet et chaque commande, et en assurent la finition. Jusque dans les moindres détails. “La précision, c’est tout ce qui compte. Plus ou moins, cela n’existe pas. Il n’y a que deux possibilités: bon ou mauvais.”

J’ai personnellement soudé ou plié chaque pièce. J’ai peut-être même fait les deux

Bjorn est fier de son travail, c’est une certitude. Reconnaîtrait-il chaque pièce de chaque cuisine qu’il a déjà réalisée ? C’est une autre question. “Mais je reconnais certainement le style Bossuyt. Et s’il s’agit d’une cuisine Bossuyt, elle est certainement aussi passée entre mes mains un jour. J’ai soudé ou plié chaque pièce. J’ai peut-être même fait les deux. C’est quelque chose dont je peux être fier. Certainement lorsque je vois le résultat en parfait état bien des années plus tard dans un restaurant réputé.”